Latest Entries »

 

Dans ce billet, nous allons aborder l’aspect de l’économie et de la commercialisation. Notamment, étant un sujet assez vague et couvrant à la fois plusieurs matières, je me suis, donc, permis  de centraliser mes efforts sur le terme de la rentabilité ainsi que la stratégie d’affaires. Dans cette optique, je me suis intéressé au « pourquoi » que Google avait développé un OS mobile pour venir s’établir sur un marché où la concurrence est très forte. Sachant que cette entreprise californienne est le symbole même de l’Open source et des services gratuits. On peut comprendre qu’Éric Schmidt, CEO de Google désirait continuer sur le modèle d’affaires basé sur les revenus générés de la publicité. Selon Wikipédia :

Google souhaite élargir autant que possible l’accès des utilisateurs à une grande variété de services comme les cartes géographiques, les réseaux sociaux ou le partage de vidéo. Pour arriver à ses fins, le géant de la recherche sur le net va devoir surmonter les résistances des opérateurs de téléphonie portable. Au vu de la concurrence avec Apple et avec un retard certain, Google a décidé d’iconiser son OS en lançant le Nexus One, dont il confie la fabrication à HTC.

Tout cela est bien intéressant, mais est-ce rentable au  bout du compte ?

En fait, selon Wikipédia, Android serait rentable depuis le 5 octobre 2010 et aurait rapporté plus d’un milliard de dollars  à la fin de l’année 2010. Aussi, sur Frandroid , on découvre que Google récolte 30% des profits à chaque transaction et selon les propos du CEO, cette plate-forme couvrait amplement les coûts associés au développement. Prochainement, si Android atteignait plus d’un milliard d’utilisateurs, ce service pourrait bien valoir 10 milliards de dollars. Cette information est pertinente à considérer dans le calcul de la rentabilité, mais il faut comprendre que Google ne dévoile pas tous les éléments étant donné la concurrence féroce qui règne dans cette industrie,ainsi, il est important de relativiser les chiffres mentionnés dans ce billet. D’ailleurs, n’étant pas un expert de la comptabilité, je lance un appel officiel aux comptables avertis qui lisent ce blog. En surfant sur la toile, j’ai quand même été  en mesure de trouver Google: la recherche mobile ne sera rentable qu’à long terme, un article appuyé par les propos du CEO qui explique qu’Android est bien partie, cependant, le retour sur investissement est à attendre dans un futur plus au moins lointain.

Avant de conclure le sujet de la rentabilité, je vous laisse sur l’article est-ce rentable de développer sur Android ?   On sait que le succès entre l’Appstore et l’Android est intimement relié aux applications qu’on y trouve. Quelle plate-forme offre les meilleures possibilitées d’affaires aux développeurs? Selon cet article datant de janvier 2009 qui relate l’expérience de deux applications soit une sur Android Market et l’autre sur l’AppStore. D’une part, Tower defense, première sur Android Market, se vendait à 4,99$,  les concepteurs ont fait en moyenne 60$ par jour tandis que sur l’Appstore dans les mêmes conditionsune application appelée Trism a générée pour les développeurs plus de 4000$ par jour. Peut-être une question de temps avant que Google s’ajuste.

 Assez incroyable quand même! Je suis un peu sceptique, alors, je vous laisse l’opportunité de venir commenter sur notre blogue afin qu’on puisse, ENSEMBLE,  lever le doute sur ce point.

C’est à suivre………..

Marc-André Beaulieu

Sources :

http://www.frandroid.com/40700/android-est-tres-rentable-pour-google/

http://www.frandroid.com/40700/android-est-tres-rentable-pour-google/

http://www.igeneration.fr/0-apple/est-ce-rentable-de-developper-sous-android-8816

http://www.generation-nt.com/google-recherche-mobile-revenus-rentabilite-actualite-1091811.html

Qu’est-ce qu’Android?

Bonjour à tous!

Notre premier billet portera sur le sujet de notre blogue, soit Android.

Alors qu’est-ce qu’Android?

Selon wikipédia, Android est un système d’opération mobile développé par Google. Ce système d’opération est basé sur le noyau linux et GNU et est donc libre. Ceci signifie donc qu’il est possible d’avoir accès au code source du système d’exploitation des téléphones opérant sous Android.http://en.wikipedia.org/wiki/Android_(operating_system)

Pour vous situer, la compétition dont Android fait face se compose notamment de l’iOS (qui équippe notamment les iPhones, iPads, etc. d’Apple), Blackberrys et WebOS de Palm.

Selon Gartner, Android se taille une place de choix parmi les système d’opération pour téléphone intelligents. Selon cette source, au deuxième trimestre de 2010, Android était le troisième système le plus populaire à 1% du deuxième qui est Blackberry (http://en.wikipedia.org/wiki/Smartphone).

Utilisabilité


Pour plus d’informations:

Vous pouvez consulter le site web du projet open source de Android à l’adresse suivante: http://source.android.com/

Des informations détaillées sur le système sont également disponibles sur Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Android

Bonjour

 Pour terminer le thème de l’utilisation du logiciel libre, l’article « vaincre la peur du libre » m’a donné une piste d’exploration pour ce sujet. Dans cet article, on parlait de « l’importance de la relation humaine dans la migration ». En effet, une personne possédant un téléphone intelligent propulsé par « Android » sera bien placé pour nous le faire découvrir et nous pousser à l’adopter. Un de mes collègues de bureau possède un téléphone HTC propulsé par la plate-forme « Android ». Il m’a montré son fonctionnement et les avantages de son utilisation. Si une personne projette de faire l’achat d’un téléphone intelligent, elle se tournera certainement vers internet ou elle se déplacera chez les différents fournisseurs de service cellulaire pour prendre les informations. Surtout chez un fournisseur, nous allons rencontrer une personne qui répondra à nos questions.

 Alors, je me suis demandé : si j’étais un client un de ces clients, « est-ce que je me ferais proposer d’utiliser un téléphone avec la plate-forme  d’Android »? C’est à ce moment que je me suis donné comme mission de trouver le meilleur ami de Bugdroid qui est «le petit robot vert utilisé par Google pour présenter Android ». À la manière d’un journaliste d’enquête, je me suis présenté chez les fournisseurs de téléphone cellulaire comme : Bell, Rogers, Telus, Fido et Vidéotron. J’ai simulé à chaque fois que j’étais un client de leur compétiteur et que mon contrat de cellulaire se terminait dans un mois et que je pensais à me procurer un téléphone intelligent pour une utilisation normale comme : consulter mes courriels et faire de l’internet. Dans un premier temps, j’ai visité un kiosque Bell dans un centre commercial et le vendeur a commencé par me nommer les téléphones intelligents comme l’IPhone, le Blackberry, le Samsung Galaxy et le LG Samsung Optimus Quantum équipé de window 7 pour mobile. Il m’a parlé juste du téléphone équipé de Windows 7 et de ces fonctionnalités. De plus, il revenait d’une réunion de vendeur chez Bell qui disait que le produit allait se vendre du aux 500 millions de dollars investit en publicité par Microsoft à l’échelle planétaire. À ce moment j’ai demandé, « je vois le téléphone Samsung Galaxy avec Android c’est quoi ça ?» le vendeur m’a répondu que c’était un système d’exploitation pour le téléphone intelligent développé par Google et qu’il y a des applications qu’on peut télécharger comme celle du IPhone. Après cette brève explication, il est revenu à la charge avec son collègue pour me convaincre d’adopter Windows 7 mobile. J’ai trouvé sincèrement que ce n’était pas appuyé sur des faits prouvés, plutôt motivé par une commission plus généreuse de Microsoft. Pour Bugdroid, la vie n’est pas belle chez Bell. Ensuite, je me suis dirigé chez Rogers pour savoir s’il allait me faire découvrir Android. J’ai trouvé le travail fait par la vendeuse très honnête et elle m’a parlé de l’IPhone, du Blackberry et des différents téléphones avec Android. Elle m’a dit qu’il était tous équivalent entre eux et insisté sur le point que les téléphones équipé d’Android permettait plus de liberté, mais plus difficile à maîtriser que ses concurrents. Après un passage chez Rogers, seulement un utilisateur passionné d’informatique choisira Android alors qu’un utilisateur débutant choisira un IPhone ou un BlackBerry. Après j’ai visité Telus ou le vendeur m’a servi les mêmes arguments que la visite précédente me permet de dresser le même constat. Je me demande si ces deux compagnies ne se servent pas de Bugdroid comme bouche trou.

Ensuite j’ai été vérifié chez Fido pour connaître s’il est le meilleur ami de Bugdroid. On dit souvent que le chien est le meilleur ami de l’homme, mais il n’est pas le meilleur ami du robot de Google. Les deux vendeurs ont voulu me vendre absolument un Iphone et ils ont complètement dénigré le téléphone Acer Liquiq propulsé par « Android ». Ils ont dit que le téléphone était largement en retard comparativement à l’IPhone. Pourtant les autres compagnies de cellulaire me proposait 2 ou 3 téléphones propulsé par  Android. La question à se poser : « est-ce que la compagnie Acer à mal adapté Android  au téléphone ou bien ils ont plus de commission pour vendre un IPhone ? » De plus, ils m’ont dit qu’il y avait beaucoup de retour de téléphone Acer pour  changer contre un iPhone. Chez Fido un client va effectivement choisir une plate-forme propriétaire. La dernière visite d’un kiosque a été celui de la compagnie Vidéotron. Le vendeur m’a proposé un BlackBerry et ensuite, il a fait la promotion de son téléphone Google Nexus One équipé d’Android. Il m’a rassuré en me disant qu’il en vendait beaucoup et que ces clients étaient très satisfaits de leur achat. Chez Vidéotron on n’offre pas l’IPhone, mais on contente de dire que le téléphone Google est équivalent et comparable. Étant donné que l’IPhone n’est pas disponible, ceci contribue à la vente du téléphone mobile équipé d’Android. Par contre, j’ai trouvé que le vendeur aurait pu me parler un peu plus de la plate-forme du téléphone et de ses avantages. Pour l’instant, je peux conclure que le meilleur ami de Bugdroid est Vidéotron avec son pouvoir infini du câble.

Pour conclure, j’ai trouvé qu’il n’avait pas assez de promotion pour utiliser un téléphone équipé d’Android chez les compagnies de cellulaire. De plus, tous les  vendeurs n’ont pas montré tous les avantages de la plate-forme de Google. Je crois simplement qu’ils ne savent pas qu’elle est composée de logiciels libres. Après cette enquête, je conclue qu’un ami aura plus d’influence pour nous faire choisir un téléphone propulsé par Android qu’un vendeur de cellulaire. Il ne faut pas oublier que les compagnies de logiciels propriétaires comme Apple et Windows injectent des fortunes en publicité pour pousser les gens à les utiliser au détriment du libre. Je sais que je pourrais répéter l’expérience à d’autres kiosques de ces compagnies et obtenir des résultats différents ou semblables. Qu’en pensez-vous ?

Bonjour Lecteurs,

Le billet de cette semaine porte sur l’utilisation d’android. Je vais aborder un sujet assez simple, mais du moins, essentiel à l’usage d’un téléphone android : le clavier.  Vous conviendrez que le premier élément à considérer pour faciliter l’utilisation est d’être capable de l’utiliser, c’est-à-dire de communiquer. À l’ère numérique,  c’est donc le clavier. Physique ou virtuelle ? Certes, une question d’habitudes et de goûts personnels. Néanmoins, on peut affirmer que les habitudes des utilisateurs ont étés un peu modifiées. Pour ce faire, les développeurs, particulièrement ceux du système Android, ont mis les mains à la pâte pour cette fonctionnalité. Présentement,  il existe : la technologie Swype qui lié aux glissements des doigts, Swiftkey qui est système intelligent capable de prédir  les  mots à utiliser et finalement, Blindtype qui est un système auto-correcteur. Quel est le meilleur ? Et bien, celui sur lequel vous êtes le plus efficace ?Étant que chacun d’entre eux proposent une augmentation de la vitesse de frappe. En surfant sur la toile, je suis tombé sur un autre application soit  8pen.  Cette application android est une nouvelle vision du clavier virtuel et qui s’éloigne complètement de ce qu’on pourrait connaître soit le clavier QWERTY. Étrangement aux autres, on dirait qu’elle a été conçue spécialement pour les utilisateurs du Nexus One.

Alors, je vous laisse la vidéo  du 8pen afin d’en apprendre d’avantage sur cette application….

En lien avec l’utilisation d’android, il serait intéressant dans un blogue à venir d’aborder la consommation d’internet  mobile avec les différents systèmes. Les conseils et les astuces pour ne pas dépasser nos forfaits ? Quel système parmi tous ceux existants sur le marché  de la télécommunication consomme moins en internet mobile?

Pour découvrir la réponse du téléphone qui consomment le plus en internet mobile:

Cliquer ici     indice : I****E   J

Source: 1, 2, 3, 4

Bonne semaine Geeks !

Marc-André,  Android Team

Suite à la publication de mon dernier article sur « Android », plus intéressant pour une communauté de développeurs, il a soulevé de très bonnes questions. En effet,  on m’a demandé les avantages apportés par le modèle « Open source » comparativement au modèle commercial. Pour certains développeurs, la liberté d’action est primordiale pour eux. Il y a des développeurs qui ont horreur de se faire dire ce qu’ils ne peuvent pas faire et, quand ils ont une idée, ils veulent la réaliser à tout prix. De plus, certaines applications comme je le disais dans l’article précédent se sont vu refuser  l’accès au « Apple Store »  parce qu’elles ne respectaient pas les critères de Steeve Job. Quand on sait le temps que certains développeurs investissent pour concevoir une application et qu’il y a possibilité qu’elle soit refusée cela peut en dissuader plus d’un. Les communautés de développeurs pour téléphone intelligent vont aimer mieux  s’associer à un modèle qui ne va pas leur mettre des restrictions comme « Android ». Pour la plate-forme « Android »,  il y a possibilité de participer aux développements de correctifs pour les bogues et les nouvelles fonctionnalités. Par contre,  il y a aucune possibilité de participer au développement de la plate-forme pour le « IPhone ». Pour Google, sa philosophie repose sur la divulgation d’informations à sa communauté alors qu’Apple choisi de ne pas la divulguer. Un projet « Open Source » offre la possibilité à la communauté de s’exprimer sur l’orientation du projet. C’est évident que c’est Google qui va prendre la décision finale mais, ils doivent quand même tenir compte des opinions provenant de la communauté. L’apport par ces contributeurs au système « Android » est important. Pour garder l’intérêt au projet les responsables mise sur la transparence.  Voici un commentaire a été soulevé lors de la publication de mon article : « En ce qui a trait au développement d’applications, ce qui importe c’est d’avoir accès à la SDK (Software Development Kit) ce qui est le cas autant pour « Android » que pour Apple ». À première vue, on peut constater que les deux modèles offrent un SDK.  Effectivement,  le SDK de Apple  fonctionne exclusivement dans un environnement « MAC ». Vous pouvez me dire : « Pas de problème!  Je vais installer Mac OSX dans une machine virtuelle. » Je vous l’accorde, vous allez réussir à développer une application de cette manière. J’insiste encore la sur le message envoyé par Apple à des développeurs : « Organisez-vous pour vous  conformer à notre environnement car c’est ce qu’on utilise. » Aussi, Allez-vous payer pour une version de Mac OSX, la encore une contrainte? Du côté de Google c’est l’inverse, ils adaptent aux besoins des développeurs. Le kit de développement d’application pour « Android » est disponible pour plusieurs système d’exploitation Window XP, Vista, 7, Mac OS X 10.5.8 ou plus et est  testé sur Linux 8.04. Pour Linux, si on utilise une version plus récente « Ubuntu », il peut y avoir certains problèmes de compatibilité. Alors, le choix d’adapter le SDK pour plusieurs systèmes d’exploitation permet d’attirer une plus grande communauté. De plus, si on n’utilise pas le kit de développement, nous avons la possibilité d’utiliser « Éclipse » un « environnement de développement libre» avec une extension « Android Development Tools ». Beaucoup de développeurs Java utilisent déjà « Éclipse » pour programmer. Cet environnement de développement est compatible avec Windows, Mac Osx (cocoa) et plusieurs autres distributions de Linux.

En offrant plus de choix et en imposant moins de restrictions, Google se met en position d’être plus attrayant pour la communauté. Je dois apporter une précision dans l’article paru auparavant au sujet de la communauté de développeurs. J’affirmais que la communauté de développeurs était plus intéressée au développement d’applications qu’à la contribution directe à la plate-forme de Google. Selon ce que j’ai pu voir sur les blogues et les présentations vidéo de développeurs interrogés  lors de réunion de promotion, j’ai été en mesure de constater le dynamisme et la maturité de la communauté. Pour la plate-forme,  j’ai eu la question suivante : « Comme vous semblez dire que la communauté est moins intéressée par cet aspect (développement de la plate-forme), y a-t-il réellement une communauté dynamique et mature supportant Android ou cette communauté ne se résume-t-elle qu’à Google? Ceci est particulièrement important surtout quand on sait que la maturité de la communauté est directement liée à la survie du logiciel libre. » Effectivement, Google contribue beaucoup à la plate-forme « Android » et je ne peux pas le contredire. Google, pour le développement de la plate-forme, a su attirer quelques grands noms pour y contribuer comme : Qualcomm, Intel, Vodafon, Sprint, , China Mobile, des constructeurs de terminaux mobiles comme HTC, ASUS, Acer, Samsung, LG Electronics, Sony Ericsson et plusieurs autres. Ces compagnies fournissent des ressources comme des développeurs et des ingénieurs comme contribution. Alors, on est en mesure de pouvoir conclure à la maturité du modèle pour l’instant.

Android v2.3 et v3.0.1

Depuis quelques semaines/mois maintenant, on entend beaucoup de rumeurs sur les prochaines versions d’Android; la version 2.3, nommée Gingerbread, et la version 3.0.1, Honeycomb.

Gingerbread, confirmé pour un lancement durant le Q4 2010, incorpore quelques nouvelles fonctions parmi Google TV, une nouvelle interface, quelques améliorations pour ses traits concernant les réseaux sociaux et plusieurs autres.

Il y a même aussi quelques rumeurs qui dictent que le lundi 8 novembre, Samsung lancera un nouveau téléphone dans les ressemblances d’un Nexus Two et qu’il sera le premier téléphone à fonctionner sur Android 2.3. Toutefois, ce ne sont que des rumeurs selon nous puisque Google a clairement précisé qu’il n’y aurait pas de Nexus Two (développé en partenariat avec Google).

De plus, on entend beaucoup parler d’Android 3.0. Même qu’il y a présentement beaucoup de confusion sur le Web sur ce que sera la prochaine version d’Android. Plusieurs blogueurs font un lien entre Android 3.0 et Gingerbread. Mais en réalité, Android 3.0 fait référence à Honeycomb. Cette version d’Android sera principalement sinon uniquement disponible pour les tablettes. Il y a présentement très peu de détails confirmés pour cette version d’Android. Les développeurs ont récemment commencé à faire les démarches avec leurs fabricants en leur disant que Honeycomb « sera bientôt terminé » en espérant pouvoir avoir des appareils prototypes par la fin décembre 2010. Et donc, on peu espérer un lancement en Q1 2011 pour Android 3.0.1, Honeycomb?

Quelles caractéristiques aimeriez-vous voir dans les prochaines versions d’Android, soit 2.3; Gingerbread et 3.0.1, Honeycomb?

View full article »

Cette semaine le Android Market a dépassé le nombre de 100 000 applications disponibles pour télécharger.Actuellement, les développeurs de plus de 20 pays peuvent ‘uploader’ leurs applications sur le site d’Android. Certaines applications sont gratuites d’autres payantes tout comme les applications du AppStore de Apple qui contient a lui seul environ 280 000 applications.

Offrir plus de 100 000 applications est assez impressionnant, mais selon mon observation, les jeux et certaines applications des plus populaires sur Android Market me semblent beaucoup moins de qualité que les celles du AppStore.  Je suis personnelement décu de ce fait et je crois qu’il devrait corriger le tir en offrant les titres les plus populaires disponible sur le Appstore afin d’aller chercher un plus grand public. Qu’en pensez-vous ?

On aime: La navigation rapide dans le Android Market (le app store est très lent)

Le nombre important de logiciel libre disponible

Le fait de pouvoir avoir un apercu rapide du programme a partir du magasin.

On aimerait:  faire une recherche par mot-clefs ( a partir du site web)

Pouvoir voir l’appréciation des applications par les utilisateurs ( classement sur 5 étoiles par exemple)

Avoir des commentaires des utilisateurs sur les différents programmes

Sources:

http://www.android.com/market/#app=com.fourtechnologies.mynetdiary.ad

http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/mobilite/201010/25/01-4335974-android-market-franchit-le-cap-des-100-000-applications.php

 

La compagnie google a décidé de prendre le langage de programmation Java pour le développement « d’Android » n’est pas un choix qui tient du hasard. En effet, ils ont appuyé leur choix sur « un indice calculé à partir du nombre de résultats renvoyés par Google, Google Blogs, MSN (Live), Yahoo, Wikipedia et YouTube avec le nom de chaque langage. » Même si le Java décroit, il est quand même le langage le plus populaire et regroupe une communauté importante de développeurs susceptibles de créer des applications.

 

Les développeurs « d’Android » ont différents parcours de carrière, certains sont des étudiants développeurs, d’autres travaillent pour de grandes sociétés. Il y a aussi des sociétés qui s’intéressent aux développements d’applications sur « Android » pour les commercialiser et engranger des revenus. Les développeurs sont animés par la motivation ou le moyen de se faire un peu d’argent. Si nous le désirons, il y a la possibilité de vendre ou donner l’application en souscrivant à un compte « Android Market » moyennant des frais de 25$. Apple, plus gourmand, demande 99$ par année.  Si votre application est payante, c’est 30% de royauté sur le prix de vente qui va dans les poches de Steeve Job. Le modèle « Open Source » plaît beaucoup à la communauté de développeurs parce que c’est une plate-forme ouverte offrant beaucoup plus de liberté. Selon un développeur : « il vaut mieux  commencer à développer sur « Android » car c’est vraiment très simple de faire des applications rapidement. » La raison pour laquelle il est plus facile de développer sur « Android » se résume au choix du langage de programmation. Le Java est un langage évolué et puissant, qui permet une gestion adéquate des ressources systèmes du téléphone sans les contraintes du langage C où l’on doit gérer les ressources, les adresses et les allocations de mémoires. Les développeurs de cette communauté disent qu’il est facile de publier des applications car, Google n’exerce aucun  contrôle sur « l’Android Market » pour le moment et ne prévoit pas non plus le faire. Par contre, son concurrent Apple exerce un contrôle total pour la publication et se réserve le droit de refuser des applications gênantes ou pouvant nuire au développement d’une future application de leur cru.

Le seul contrôle qu’exerce Google concerne les décisions stratégiques du développement de la plate-forme. Étant donné  qu’ « Android » est un projet  « Open Source », les contributions provenant de source extérieure à Google sont acceptées sans distinction. Pour les intéressés de la communauté, ils peuvent s’impliquer dans le projet en corrigeant des anomalies ou en développant de nouvelles fonctionnalités. En consultant beaucoup de blogues concernant « Android », la majorité des développeurs de cette communauté ont un intérêt plus prononcé pour la création d’application que dans le développement de la plate-forme.

Pour conclure, il y a présentement 100 000 applications disponibles sur « L’Android Market » comparativement à 300000 sur le « App Store » mais, cette tendance devrait changer dans un avenir rapproché. Le peu de restriction émise par Google pour la publication d’applications devrait permettre de combler l’écart. En résumé, le langage Java est plus facile à maîtriser que le C et permet de mieux gérer les ressources de différents modèles de téléphone. Apple peut se permettre le langage c, c++ et comparative c car elle n’a qu’un seul modèle disponible avec des standards précis.

Carl hd

Bonjour à tous!

Ce billet a pour but de vous énoncer une réalité qui frappe les personnes qui désirent développer des applications pour Android. En fait, le problème se divise en deux parties intimement liées.

Le premier problème découle du fait que Google a sorti six versions majeures d’Android en un peu plus d’un an et demi.

En quelques mots, le second, problème est lié à la fragmentation sous Android est que plusieurs version d’Android sont utilisées actuellement(1).

En fait, les versions 1.5 et 1.6 accumulent respectivement près de 25% des utilisateurs tandis que la version 2.1 retient environ 45% des utilisateurs. Avec un calcul rapide, on se rend compte qu’il y a davantage d’utilisateurs sur les versions 1.5 et 1.6 ensemble que sur la version 2.1.

Le problème en soi est même avoué par Google. La personne en charge d’Android, Andy Rubin disait:

« Our product cycle is now, basically twice a year, and it will probably end up being once a year when things start settling down, because a platform that’s moving — it’s hard for developers to keep up. I want developers to basically leverage the innovation. I don’t want developers to have to predict the innovation. » – Andy Rubin

Les développeurs peuvent donc se perdre dans un manque de consistence entre les différentes versions.

Toutefois, ce phénomène n’est pas un phènomène singulier dans le monde mobile et dans le monde des logiciels libres. Il faut comprendre qu’en étant ouvert à l’amélioration continue sous une licence libre, c’est un risque auquel on s’expose. Cependant, le monde des outils mobile est plus sensible à ce phénomène puisque les opérateurs ont tendance à personnaliser l’OS afin de se différencier de leurs concurrents. De plus, ce sont ces derniers qui gèrent la version à utiliser pour leurs clients(2).

La solution de Google est donc un document décrivant les standards de compatibilité d’Android. Afin de pouvoir lancer une application sur le marché des applications Android, le développeur doit démontrer que son application est compatible avec les standards. Google affirme que ce n’est qu’une exagération et que tout est sous contrôle.

La dernière version sortie, soit la 2.2, va probablement empirer la situation puisqu’elle emmène de grandes améliorations de performance. Les applications qui seront développées pour cette version créeront des problèmes aux appareils opérant sur des versions antérieures.

Reste à voir si la situation se corrigera…


  1. Adrian Kingsley-Hughes. Android fragmentation is real, 4 juin 2010. http://www.zdnet.com/blog/hardware/android-fragmentation-is-real/8499
  2. Ryan Paul. Android fragmentation: something to fear?, juin 2010. http://arstechnica.com/open-source/news/2010/06/ars-explains-android-fragmentation.ars

Windows Phone 7 Vs Android !

Aujourd’hui même, Windows Phone 7, l’ OS de téléphone mobile de Microsoft est lancé sur le marché !  L’objectif de la mise en marché de ce produit est de reprendre position en tant qu’OS multiplateforme ce qu’Android est actuellement. Il faut se rappeler qu’auparavant c’était l’os de Microsoft qui était distribué sur les téléphones Htc & Samsung et que ce système était défaillant !

Android a pour l’instant l’avantage d’avoir bonne réputation, d’être apprécié par les développeurs ( environ 150 000 app développées sur ce système) et surtout qu’il est gratuit ce qui incite les fabricants à choisir ce système d’exploitation au lieu de celui de Microsoft.

Microsoft a donc lancé une campagne de salisage contre Android afin de remonter l’image de son produit face à son principal concurrent. Une des manifestations de cette campagne se retrouve dans la poursuite judiciaire que Microsoft a entrepris contre Motorola qui se veut être un des plus importants distributeurs de téléphone Android. Microsoft stipule que « Android n’est pas libre, vous devez payer des brevets pour lui »…

Encore un long débat judiciaire sans valeur ajoutée pour les consommateurs qui se terminera dans plusieurs mois !

Sources:

http://moconews.net/article/419-googles-android-market-on-track-to-hit-150000-apps-by-next-year/

http://www.frandroid.com/41930/lobjectif-de-windows-phone-7-tuer-android/